Structure Fédérative EFABA

Écosystèmes Forestiers, Agroressources, Bioprocédés et Alimentation

Actualités du Pôle Scientifique A2F


Évènements à venir

Évènements passés

Calendrier

<< Déc 2018 >>
lmmjvsd
26 27 28 29 30 1 2
3 4 5 6 7 8 9
10 11 12 13 14 15 16
17 18 19 20 21 22 23
24 25 26 27 28 29 30
31 1 2 3 4 5 6

Emplois / Stages

Directeur : M. Alain HEHN


La SF4242 a pour vocation de structurer le secteur Foret/Bois/Agronomie et Aliment en Lorraine en améliorant la communication inter-unités mais également inter-établissements (INRA, AgroParisTech, CNRS).

Un des objectifs de la structure est de mutualiser et de mettre à disposition de la communauté scientifique un ensemble de plateformes et de de dispositifs expérimentaux.

Plateformes et Dispositifs expérimentaux

PEA - Plateforme d’Aquaculture Expérimentale

Plateforme d’Aquaculture Expérimentale

La Plateforme d’Aquaculture Expérimentale est affiliée à
– AQUAEXCEL (« INFRAIA-1-2014-2015, AQUAculture infrastructures for EXCELlence in European fish research towards 2020


Référents opérationnels :

Sylvain MILLA Animateur de l’équipe
Domestication en Aquaculture Continentale
Sylvain.Milla@univ-lorraine.fr 03 72 74 51 99

Daniel KRAUSS Ingénieur de recherche
Responsable de la coordination opérationnelle des expériences et de la gestion financière de la PEA
daniel.krauss@univ-lorraine.fr 03 72 74 51 88

Yannick LEDORE Zootechnicien
Responsable technique et biologique de la PEA
Yannick.ledore@univ-lorraine.fr 03 72 74 50 71


Lien plateforme :
Les informations sur le laboratoire URAFPA et l’équipe DAC sont disponibles sur le site : www.urafpa.fr


Coordonnées

Plateforme Expérimentale en Aquaculture PEA
bâtiment 1er cycle
Faculté des Sciences et Technologies de Nancy
Boulevard des Aiguillettes
BP 70239
54506 VANDOEUVRE-LES-NANCY CEDEX


Présentation

Sur la période 2012-2014, l’UR AFPA a bénéficié de la construction d’une plateforme expérimentale en aquaculture (PEA) sur le site de la Faculté des Sciences et Technologies (FST) de Vandœuvre-lès-Nancy pour un investissement de 2,7 M€ TTC (financement Université-FEDER-Région Lorraine).

Cette installation permet à l’UR AFPA (équipe Domestication en Aquaculture Continentale, DAC) de mener des recherches sur la domestication de nouvelles espèces de poissons d’eau douce (ex : perche commune, sandre). Mais la richesse des espèces, des stades de vie et des traits biologiques potentiellement étudiés offre la possibilité de réaliser de nombreuses expérimentations dans des domaines variés tels que la nutrition, la croissance, le bien être ou la génétique des poissons mais aussi de répondre aux nombreuses interrogations émanant de la profession (partenariats possibles avec des entreprises telles que SARL Rafidin, SARL Lucas Perches ou Asialor).


Dans ces domaines, des savoirs sont en cours de développement parmi lesquels :

  • La mise au point de programmes d’induction de pontes hors-saison (en dehors de la période naturelle de reproduction) par le contrôle des facteurs déterminants de l’environnement (température, photopériode ; programme Européen Aquaexcel, projet Eurostar franco-hongrois),
  • L’étude des effets du réchauffement climatique sur la biologie de la reproduction des espèces d’eau douce (collaboration avec l’ONEMA),
  • La maîtrise de la qualité des gamètes, et notamment des ovules, produits par les géniteurs (projet ANR Maternal Legacy, projet Feamp),
  • Le contrôle de l’hétérogénéité de croissance et la régulation du cannibalisme (projet Européen Diversify),
  • La mise en place de programmes de domestication afin d’améliorer les performances d’élevage notamment par l’intégration de la différenciation intraspécifique dans ces programmes (projet UL-région),
  • L’utilisation de principes de l’agroécologie appliquée aux productions piscicole (Méta-programme ECOSERV 3)

Équipement

Cette plateforme aquacole de 600m2 (+ 200 m2 de locaux techniques) est subdivisée en deux zones. La première est constituée d’un local technique (200 m²), comprenant les groupes de régulation thermique, une centrale de traitement d’air, une salle réfrigérée pour le stockage de l’aliment, une salle des surpresseurs et les chaudières. L’accès à la deuxième zone s’effectue par un sas d’entrée sécurisé. Celle-ci est constituée d’une salle d’acclimatation contenant 6 bassins de 1700 litres,d’une écloserie (fig. 1) dotée de 2 tables d’incubation (environ 60 clayettes chacune), d’une station d’élevage larvaire (fig. 2) composée de 10 bacs de 700 litres en circuit fermé, d’une salle d’élevage de proies vivantes (fig. 3) ainsi que de 16 salles indépendantes et identiques de 10 m2 appelées écotrons (fig. 4) renfermant chacune un bassin d’élevage (volume utile de 2m3) fonctionnant en circuit fermé caractérisé par une régulation fine de la température, de la photopériode et de l’intensité lumineuse. Les écotrons sont équipés d’éclairages de type LED permettant de simuler l’aube et le crépuscule pour répondre aux travaux de recherche actuels. Le nombre et l’indépendance de ces écotrons permet de supporter la conduite d’études multifactorielles permettant une optimisation efficace de ces facteurs d’élevage.  Cette deuxième zone comprend également un bureau équipé d’un poste informatique pour la Gestion Technique Centralisée permettant le pilotage des paramètres environnementaux et la surveillance à distance du fonctionnement de la structure pour une sécurisation optimale des protocoles expérimentaux), ainsi qu’un laboratoire dédié aux analyses physico-chimiques de l’eau récurrentes et autres prélèvements expérimentaux. L’ensemble de ce dispositif de contrôle des facteurs d’élevage contribue indéniablement au bien-être des poissons maintenu à la PEA.

Plateforme PEA - écloserie

écloserie

Plateforme PEA - station d’élevage larvaire

station d’élevage larvaire

Plateforme PEA - salle d’élevage de proies vivantes

salle d’élevage de proies vivantes

Plateforme PEA - écotron

écotron

L’ensemble du personnel de l’équipe DAC (enseignants-chercheurs, chercheur, ingénieur, doctorants et techniciens) participe au bon fonctionnement de la PEA (ex : permanence le week-end) et contribue à la réalisation des expérimentations.  Daniel Krauss, ingénieur de recherche INRA, gère la coordination opérationnelle des expériences (ex : planning des expériences), la gestion financière de la plateforme et les procédures visant à rationaliser et normaliser le travail à la PEA. La responsabilité du fonctionnement technique de la plateforme et de la gestion des animaux est assurée par Yannick Ledoré (technicien de recherche). Joëlle Couturier, adjointe technique de recherche contribue au fonctionnement technique de la PEA et au nourrissage des animaux.


Les modalités pour y accéder

Un règlement intérieur explique les conditions d’accès à la plateforme, les horaires d’accès, l’émargement du personnel entrant, les obligations vestimentaires pour la circulation des intervenants ainsi que la gestion de l’hygiène, de la surveillance des animaux et des sinistres. En outre, une procédure de réalisation d’expérience indiquant la chronologie des étapes pré-expérimentales a aussi été rédigée. Enfin, au cours des périodes expérimentales, une réunion mensuelle est organisée par Daniel Krauss pour préparer l’organisation des prélèvements (personnel, matériel, modes opératoires).


Quelques exemples de travaux réalisés

La création de la PEA a permis l’intégration de l’équipe DAC dans le réseau Européen Aquaexcel. Ce réseau rassemble les organismes de recherche possédant les installations expérimentales les plus performantes afin de favoriser les échanges de scientifiques entre les pays Européens et donc d’accroitre l’efficacité de la coopération internationale en recherche aquacole. Aussi, le développement de la PEA a permis également la participation de l’équipe DAC au projet Européen Diversify axée sur la production de sandres, l’obtention de contrats de recherche courts avec des fabricants d’aliments ou le développement d’une formation continue en expérimentation animale sur le bien être des poissons organisée chaque année par l’équipe DAC et portée par la faculté des sciences.

PASM - Plateforme d’Analyse Structurale et Métabolomique

Plateforme d’Analyse Structurale et Métabolomique

La PASM est affiliée à
– Réseau français métabolomique et fluxomique
– Université Grande région

La plateforme PASM met à disposition de la recherche agroalimentaire et agronomique des outils récents dédiés à l’analyse des biomolécules, tout en intégrant des solutions pour la préparation et la purification des échantillons.


Référent opérationnel : Cédric PARIS
Cedric.paris@univ-lorraine.fr


Lien plateforme : http://ensaia.univ-lorraine.fr/fr/content/plateau-danalyse-structurale-et-metabolomique


Coordonnées

ENSAIA
2 avenue de la Forêt de Haye
BP 20163
54505 Vandoeuvre-lès-Nancy


Présentation

Il est notamment possible de réaliser :

  • des élucidations structurales et dosages de biomolécules et biomolécules fonctionnalisées
  • des caractérisations d’enzymes et de voies métaboliques par analyse ciblée de métabolites primaires et secondaires
  • des dosages de micropolluants
  • des études de métabolisation de polluants organiques
  • des caractérisations de microorganismes

Une large gamme de biomolécules d’origines diverses (végétale, animale, microbienne) peuvent ainsi être étudiées de manière qualitative et/ou quantitative.

PASM a pour objectif principal de supporter  techniquement et scientifiquement le déroulement des travaux de recherche dans les domaines spécifiques de la purification et de l’analyse des composés.

Le plateau fait partie du réseau français de métabolomique et fluxomique et est référencé dans l’Université Grande région


Équipement

  • LC-MS « LTQ-Orbitrap »
  • Maldi-Tof/ToF
  • GC-MS
  • UHPLC-MS simple quadripole
  • UHPLC-PDA-FLUO
  • SEC-MALLS
  • LC flash (purification)
  • HPLC semi-préparative (purification)
  • LC préparative basse pression
  • Lyophilisateur échelle pilote
  • HPLC nanospotter (prep automatisée des spots Maldi)
  • ultracentrifugeuse

ASIA - Plateforme Approche fonctionnelles et Structurales des InterActions cellulaires

Plateforme Approche fonctionnelles et Structurales des InterActions cellulaires (ASIA)


Responsable scientifique : Jean-Michel GIRARDET
jean-michel.girardet@univ-lorraine.fr

Assistant-Ingénieur : Franck SAULNIER
franck.saulnier@univ-lorraine.fr


Coordonnées
Plateforme ASIA
Faculté des Sciences et Technologies
Campus Aiguillettes
BP 70239
54506 Vandœuvre-lès-Nancy Cedex

ASIA est située à l’entrée 3B de la FST,
au rez-de-chaussée, au fond du couloir de gauche en entrant.


Présentation

La plateforme technologique « Approches fonctionnelles et Structurales des InterActions cellulaires » (ASIA) localisée à la Faculté des Sciences et Technologies a pour mission de favoriser le développement de nouvelles technologies et de mutualiser certains équipements scientifiques. Elle se trouve de fait rattachée au Pôle Scientifique A2F. ASIA a pour vocation, notamment, d’étudier la régulation des activités biologiques et physiologiques des protéines par des ligands, ces derniers pouvant être soit des macromolécules (protéines ou ADN), soit de plus petits composés tels que des peptides, des métabolites secondaires, des glucides, des ions métalliques, etc.


Technologie SwitchSENSE®

Parmi les différents équipements disponibles sur la plateforme ASIA, l’analyseur DRX commercialisé par Dynamic Biosensors (Planegg, Allemagne) en est l’équipement-phare : Il permet d’étudier l’aspect cinétique des interactions moléculaires selon la technologie originale switchSENSE® en mesurant les constantes d’association et de dissociation des complexes moléculaires (kon et koff), ce qui permet également d’accéder à la constante de dissociation KD (koff/kon). Les processus cinétiques d’association et de dissociation de complexes peuvent être deux mécanismes indépendants et l’outil DRX apporte des informations cruciales afin de mieux comprendre les mécanismes des interactions moléculaires. Il peut se révéler complémentaire d’une approche thermodynamique par calorimétrie isotherme à titration (ITC). De plus, la technologie switchSENSE® se démarque des technologies SPR (surface plasmon resonance) de type Biacore et BLI (bio-layer interferometry) de type Octet car, à la différence de ses concurrents, elle permet de déterminer le diamètre hydrodynamique (DH) et la température de fusion (TM) des protéines et d’observer en temps réel les changements conformationnels occasionnés par la fixation d’un analyte.

L’analyseur DRX (Dynamic Biosensors)

L’analyseur DRX (Dynamic Biosensors)


Principe

Le principe de la technologie switchSENSE® est le suivant : Un ligand (protéine) est fixé de manière covalente sur un brin d’ADN qui sera ensuite hybridé avec un autre brin d’ADN déjà fixé sur une biopuce recouverte d’une couche d’or. Ce deuxième brin d’ADN est porteur d’une sonde fluorescente à son extrémité libre.

Fonctionnalisation d’une biopuce (Dynamic Biosensors)

Fonctionnalisation d’une biopuce (Dynamic Biosensors)

Les doubles brins d’ADN ainsi formés oscillent entre la position verticale et la position horizontale sous l’effet d’une tension électrique alternative. Le mouvement de ces « leviers » est suivi en temps réel par mesure de l’extinction (quenching) de fluorescence lorsque la sonde fluorescente se rapproche de la couche d’or et par mesure du temps écoulé pour retrouver pleinement l’énergie de fluorescence lorsque les leviers reviennent en position verticale. L’analyte à tester est, quant à lui, véhiculé dans un circuit microfluidique. Lors de la liaison de l’analyte sur le ligand, le frottement hydrodynamique des leviers est affecté et le temps de restauration de l’intensité de fluorescence est plus long. Ce changement est utilisé par le logiciel du système pour déterminer les différents paramètres.

Mesure dynamique d’une interaction (Dynamic Biosensors)

Mesure dynamique d’une interaction (Dynamic Biosensors)


Domaines d’application

L’analyseur DRX est conçu pour la mesure d’interactions de systèmes variés tels que : protéine-protéine, protéine-peptide, protéine-petite molécule, protéine-ion métallique, protéine-acide nucléique, et acide nucléique-acide nucléique, ce qui en fait un outil très polyvalent.

Etude des interactions moléculaires en temps réel (Dynamic Biosensors)Etude des interactions moléculaires en temps réel (Dynamic Biosensors)


Prestations et conseils pratiques

En premier lieu, prendre contact suffisamment tôt avec le responsable pour étudier la faisabilité du projet, pour déterminer ensemble la stratégie à adopter, le choix du type d’immobilisation, du système de tampons ainsi que le coût et la planification du projet.

Il est important de connaître au préalable les caractéristiques physico-chimiques des deux partenaires, ligand et analyte (masses moléculaires, point isoélectrique de la protéine à greffer sur la biochip, concentrations, solubilité, pureté, valeur du KD, etc.) et les systèmes de tampons compatibles.

Attention, certains composés peuvent être utilisés dans une gamme de concentrations définie par le fournisseur afin qu’ils soient compatibles avec la technologie switchSENSE®. C’est le cas du glycérol, méthanol, DMSO, EDTA, urée, chlorure de guanidine, détergents non ioniques, agents réducteurs, certains lipides…

Lorsque le greffage de la protéine-ligand est réalisé par couplage amine, il est important que la protéine ne soit pas préparée dans du tampon contenant des amines primaires. Le Tris doit donc être évité dans ce cas. Le tampon PBS est conseillé.

Pour une conjugaison par couplage amine, la concentration de la protéine doit être de 100 à 200 µg pour un volume de 50 µL. Pour l’analyte à tester, une solution-mère à 100 µM est à préparer dans le tampon préalablement choisi.

Il est impératif avant tout démarrage d’analyse de renseigner la fiche-produit et de renseigner les substances ou mélanges pouvant être potentiellement dangereux.

Le responsable de la plateforme ASIA analysera les résultats et les communiquera par courriel sous la forme de fichiers pdf (pour le rapport) et éventuellement excel (afin de traiter les données). Si les résultats prêtent lieu à publication, il sera demandé d’y associer la plateforme ASIA.

Plateforme Biodisponibilité et Bioactivité

Plateforme Phytotronique

Plateforme Silvatech

Plateforme Silvatech

SILVATECH est portée par l’UMR SILVA (1434) ainsi que l’UMR BEF (1138), l’UMR IAM (1136) et l’USC LERMAB (EA 4370) sous la tutelle de l’INRA, l’Université de Lorraine et AgroParisTech. Elle fait partie de l’Infrastructure de Recherche Forêt coordonnée par le département EFPA de l’INRA.


Référent opérationnel :
Nicolas ANGELI
Ingénieur de Recherche-INRA
nicolas.angeli@inra.fr

Lien plateforme : https://www6.nancy.inra.fr/silva/Plateformes/SilvaTech/Presentation

PTEGF - Plateforme Technique d’EcoGénomique Fonctionnelle

La Plateforme Technique d’EcoGénomique Fonctionnelle (PTEGF) est affiliée à
– CNOC (Commission Nationale des outils collectifs de l’INRA) : labellisé en 2008 puis 2013

Lien de la Plateforme : http://mycor.nancy.inra.fr/IAM/?page_id=6365

Laboratoires (hors A2F) rattachés à la structure Fédérative :

LERMAB - Laboratoire d’Etude et de Recherches sur le matériaux Bois

Laboratoire d’Etude et de Recherches sur le matériaux Bois

Unité mixte de recherche UL/UHP EA 4370


Directeur : Philippe GERARDIN (PR)
philippe.gerardin@univ-lorraine.fr

Site web du labo : http://lermab.univ-lorraine.fr/


Coordonnées

LERMAB
Université de Lorraine
Faculté des Sciences et technologies
54506 Vandoeuvre-lés-Nancy


Présentation

Il est localisé sur deux sites principaux, à Vandoeuvre dans le cadre de la Faculté des Sciences et Technologies, et à Epinal dans celui de l’Ecole Nationale Supérieure des Technologies et Industries du Bois, ainsi que de façon plus ponctuelle à l’IUT de Longwy et d’Epinal. Misant sur des compétences scientifiques variées telles que la biologie, la chimie, le génie des procédés, la physique, la mécanique et le génie civil, le laboratoire développe des recherches en relation avec le bois et les fibres naturelles, allant de l’échelle moléculaire jusqu’au niveau macroscopique du matériau voir des structures du bois. Les activités du laboratoire structurées autour du matériau bois se divisent en trois axes de recherche principaux dans lesquels chaque enseignant-e chercheur du LERMAB s’implique en fonction de ses compétences et sa formation initiale.

  • Axe « Matériau et Procédés »
  • Axe « Valorisation Chimique, Energie et Procédés »
  • Axe « Energétique, Mécanique, Construction Bois »

L’axe « Matériau et Procédés »
Il vise à améliorer les performances du bois et des matériaux à base de bois en s’intéressant notamment aux différents traitements ou procédés permettant d’optimiser leurs propriétés mais aussi aux connaissances de base des matériaux pour favoriser leur utilisation. Les thèmes de recherche repris au sein de cet axe concernent non seulement les connaissances de base du matériaux (anatomie, durabilité naturelle …), mais aussi les procédés de traitement et de transformation de ce dernier comme l’adhésion, le collage, le soudage, les finitions, la préservation, le séchage, les modifications chimiques et thermiques, les matériaux composites à base de bois ou de fibres.


L’axe « Valorisation Chimique, Energie et Procédés »
En s’inscrivant dans le contexte de Grenelle de l’Environnement, il vise à substituer une partie des énergies fossiles par des ressources renouvelables. Le point commun des recherches menées dans cet axe concerne la valorisation de la biomasse ligno-cellulosique pour des applications dans le domaine de l’énergie et de la chimie. Les thèmes des recherche repris au sein de cet axe concernent la bioraffinerie, la mise au point de synthons pour la chimie, la synthèse de molécules biosourcées (tensio-actifs, solvants …), la valorisation chimique des extractibles, la production d’énergie par voies sèches (combustion, la gazéification et pyrolyse) et par voies humides (liquéfaction, biométhanol …).


L’axe « Energétique, Mécanique, Construction Bois »
Il rassemble les activités de recherche en relation avec l’utilisation du bois. Dans ce cadre, les thématiques développées concernent non seulement la fabrication de produits manufacturés et en particulier de structures à base de bois, mais de façon plus générale l’éco-construction englobant aussi bien les aspects liés à l’utilisation du bois que ceux liés à l’efficacité énergétique du bâtiment. Les thèmes de recherche repris au sein de cet axe concernent la fabrication et production, la mécanique des assemblages et des structures, les transferts couplés chaleur masse dans les enveloppes, l’efficacité énergétique, la qualité de l’air et le confort dans les bâtiments. Toutes ces thématiques sont abordées sous l’aspect expérimental et modélisation.

LEF - Laboratoire d’Economie Forestière

Laboratoire d’Economie Forestière

Unité mixte de recherche INRA AgroParisTech ENGREF 356


Directeur : Serge GARCIA (DR)

Site web du labo : https://www6.nancy.inra.fr/lef


Coordonnées
Rue Girardet
54000 Nancy


Présentation

L’Unité regroupe des chercheurs en économie de l’INRA, des enseignants-chercheurs de AgroParisTech, et des ingénieurs, techniciens et administratifs, tous localisés sur le Centre AgroParisTech de Nancy.

Le LEF est une unité Mixte de recherches crée en 2000 entre l’Institut National de la Recherche Agronomique (INRA) et l’école Nationale du Génie Rural, des Eaux et des Forêts (ENGREF) aujourd’hui intégrée dans l’institut du LEF est de concevoir, développer et transférer des méthodes et des outils d’analyse économique en vue de comprendre et d’améliorer la connaissance, la gestion et l’utilisation des biens, services et produits de la forêt.

Le LEF vise à répondre à différentes missions :

  • Une mission de production scientifique théorique et appliquée principalement dans le domaine forestier
  • Une mission de transfert des connaissances.

ANSES - Laboratoire de la santé des végétaux

Laboratoire de la santé des végétaux

Unité de mycologie

Agence Nationale de Sécurité Sanitaire alimentation environnement et travail


Directeur : Renaud IOOS

Site web du labo : https://www.anses.fr/fr/activit%C3%A9-laboratoire/mycologie


Coordonnées

ANSES
Domaine de Pixérécourt
54220 Malzeville


Présentation

L’Unité de mycologie du laboratoire de la santé des végétaux exerce une activité de recherche et de veille scientifique dans le domaine de la phytopathologie et plus particulièrement sur les champignons et oomycètes phytopathogènes.

Les échanges commerciaux de végétaux à l’échelle planétaire multiplient les risques d’introduction et de dispersion de champignons phytopathogènes en dehors de leur zone d’origine, avec des conséquences économiques et environnementales très graves. En effet, les champignons introduits d’origines exotiques peuvent causer des dégâts souvent bien supérieurs à ceux occasionnés dans leur région d’origine. Les accords internationaux en matière phytosanitaire requièrent de stricts contrôles des marchandises échangées et une parfaite connaissance de l’état phytosanitaire de son propre pays via des plans de surveillances et de contrôle. L’ensemble repose souvent sur des prélèvements d’échantillons nécessitant des analyses d’identification en laboratoire.

L’unité de mycologie a pour principale mission de développer et valider des outils de détection spécifiques de champignons ou oomycètes d’importance : officiellement réglementés ou inclus sur des listes de quarantaine, émergents en France ou dans des pays tiers, posant potentiellement un risque pour la France. La mise au point de ces outils fait l’objet de publications scientifiques à comité de lecture pour les mettre à disposition de la communauté internationale.

La plupart des outils développés sont basés sur des techniques de biologie moléculaire, et l’unité vise à développer ses outils de détection en utilisant la technique de PCR en temps réel, plus performante et bien plus facilement standardisable. Néanmoins, les nouvelles possibilités offertes par les techniques de séquençage à haut débit ou les analyses spectrométriques de masse sont prises en compte et actuellement testées dans le cadre de travaux prospectifs.

D’autre part, pour certains des champignons et oomycètes parasites objets de réglementations ou émergent, l’unité contribue à des études de caractérisation génétique au niveau inter ou intra spécifique.

ASTER - Unité de Recherche Agrosystème Territoire Ressource

Unité de Recherche Agrosystème Territoire Ressource

Unité  INRA
UR 055


Directrice : Catherine MIGNOLET


Coordonnées
ASTER
662 Avenue Louis Buffet
88500 Mirecourt


Présentation

Le projet de l’unité ASTER vise à produire des connaissances, méthodes et dispositifs pour accompagner la transition des territoires ruraux vers une agriculture autonome, économe et créatrice d’emplois. Il est conduit dans un collectif pluridisciplinaire qui associe des sciences biotechniques (agronomie et zootechnie système, agronomie des territoires) et des sciences humaines et sociales (ergonomie, sociologie, géographie sociale, géomatique).

Il est structuré autour de deux priorités scientifiques :

Echanges de savoirs et d’expériences entre acteurs pour une production de connaissances pour l’action.

Cet échange de savoirs et de savoir-faire est travaillé plus particulièrement sur

  • un enjeu de protection de la qualité des ressources en eau (par la mobilisation de savoirs hétérogènes pour la caractérisation des activités agricoles sur des territoires larges mais aussi par l’accompagnement de projets de reconquête de la qualité de l’eau mobilisant les divers acteurs mettant en œuvre une activité sur les bassins de captage de l’eau et pouvant avoir un impact sur la qualité) ;
  • un enjeu de développement d’une agriculture plus économe et plus autonome en visant à mettre à disposition des agriculteurs volontaires pour une telle transition, les ressources (matérielles, cognitives …) d’intérêts sur le plan pratique.

Recherche de complémentarités territoriales pour un développement durable des territoires.

Cette priorité vise à penser la diversité des productions agricoles à différentes échelles (ferme, bassin de captage des eaux, grand bassin versant …) pour un développement plus durable des territoires ruraux. Ainsi, les recherches portant sur l’accompagnement des projets de reconquêtes de la qualité des eaux renvoient à la façon dont les acteurs parviennent à se concerter pour faire coexister leur emprise sur l’occupation du territoire et la préservation de la qualité de l’eau. Les recherches sur le développements des systèmes agricoles économes et autonomes renvoient à la façon de faire coexister élevages et cultures dans une même ferme pour concilier l’économie en intrant (gage d’une précaution environnementale et d’une moindre dépendance des fluctuations des prix des matières premières), la productivité des systèmes agricoles et un approvisionnement plus localisé des consommateurs.

Dans le quinquennal 2018 – 2022, ces deux priorités scientifiques seront déclinées dans un dispositif privilégié dénommé TEASER-lab qui s’appuie sur l’Installation expérimentale de l’unité (une exploitation agricole de 240 ha de polyculture-élevage en Agriculture Biologique) et son territoire environnant. Les enjeux de TEASER-lab seront de

  • concevoir un dispositif d’innovation ouvert (living lab), inséré dans un territoire local, pour accompagner et stimuler la transition agro-écologique et la relocalisation des productions agricoles en faveur d’un approvisionnement localisé
  • et de faire de ce dispositif un objet de recherche interdisciplinaire sur les transitions des territoires ruraux vers des systèmes agri-alimentaires sains, durables et créateurs d’emplois.

LRGP - Laboratoire Réactions et Génie des Procédés

Laboratoire Réactions et Génie des Procédés

Unité CNRS
UMR 7274


Directeur : Laurent FALK
laurent.falk@univ-lorraine.fr


Site web du labo : http://lrgp-nancy.cnrs.fr/


Coordonnées

SITE PLATEFORME SCIENCES DU VIVANT ET SANTE
13 Rue du bois de la champelle
54500 Vandoeuvre-lès-Nancy – France

SITE ENSAIA
2 Avenue de la forêt de Haye
TSA 40602
54518 Vandoeuvre-lès-Nancy – France

SITE ENSIC
1 Rue Grandville
BP 20451
54001 Nancy Cedex – France


Présentation

Avec près de 300 personnes, le LRGP développe des connaissances scientifiques et technologiques nécessaires à la conception, l’étude, la conduite et l’optimisation des procédés complexes de transformation physico-chimiques et biologiques de la matière et de l’énergie. Ce site nancéien est classé 1er site français au classement de Shanghai en 2017 dans le domaine du génie des procédés.

Un nouveau laboratoire commun a été inauguré ce mardi 10 octobre sur le site de l’ENSIC entre Air Liquide et le Laboratoire Réactions et Génie des Procédés de Nancy – LRGP (unité mixte de recherche entre le CNRS et l’Université de Lorraine). Ces deux entités se sont associées pour créer un laboratoire commun dont les recherches portent sur la mise au point de nouvelles technologies dans le domaine de l’énergie et en particulier de la production et de l’exploitation des gaz.

L2CM - Laboratoire Lorrain de Chimie Moléculaire

Laboratoire Lorrain de Chimie Moléculaire

Unité mixte de recherche  UMR CNRS UL 7053

École(s) doctorale(s) de rattachement :
Synthèses, Expériences, Simulations, Applications : de la Molécule aux Édifices Supramoléculaires (SESAMES)


Directeur : Philippe GROS
philippe.gros@univ-lorraine.fr


Responsables : 

L’axe HeMaF Corinne COMOY (MCF-UL)
corinne.comoy@univ-lorraine.fr

L’axe MolSyBio Andreea PASC (MCF-UL)
andreea.pasc@univ-lorraine.fr

Responsable Animation Scientifique et Communication : Rosella SPINA
rosella.spina@univ-lorraine.fr

Contact : l2cm-contact@univ-lorraine.fr


Site web du labo :
http://www.l2cm.univ-lorraine.fr/l2cm/

http://www.univ-lorraine.fr/content/poles-scientifiques-federations-et-laboratoires-de-recherche

Laboratoire Lorrain de Chimie Moléculaire


Coordonnées
L2CM UMR 7053
Université de Lorraine
Boulevard des Aiguillettes BP 239
54506 Vandoeuvre les Nancy


Présentation

Le L2CM (Laboratoire Lorrain de Chimie Moléculaire) est une UMR CNRS-Université de Lorraine (UMR 7053).

Née en Janvier 2018 dirigée par Philippe Gros (DR1-CNRS) elle regroupe environ 60 personnes réparties géographiquement sur Nancy (FST & Pharma) et Metz (ICPM). Le L2CM  est issu du laboratoire SRSMC (Structure et Réactivité des Systèmes Moléculaires Complexes, UR7565)

L’objectif du L2CM est de développer des méthodes de synthèse de molécules et matériaux moléculaires innovants avec des applications vers la physique (catalyse, énergie, luminescence) et la biologie (antibactériens, drug delivery, imagerie). La philosophie du laboratoire est le design de la molécule jusqu’au dispositif ou au système bioactif en s’appuyant sur un ensemble de plateformes de synthèse et de caractérisation. La recherche est menée selon deux axes :

L’axe HeMaF (Hétérocycles et Matériaux Fonctionnels)
L’axe MolSyBio (Molécules et Systèmes Bioactifs)

CITHEFOR - CIbles THErapeutiques FORmulation

CIbles THErapeutiques FORmulation

et expertise préclinique du médicament

Equipe d’accueil (EA)  3452
École(s) doctorale(s) de rattachement :
UL (pôle BMS)


Directrice : Ariane BOUDIER
ariane.boudier@univ-lorraine.fr


Gestionnaires :

Pascale CARNET
pascale.carnet@univ-lorraine.fr

Nathalie DEGOUSEE
nathalie.degousee@univ-lorraine.fr

Site web du labo : http://cithefor.univ-lorraine.fr/fr


Coordonnées

Faculté de Pharmacie
CITHEFOR EA 3452
5 rue Albert Lebrun – BP 80403
F-54001 Nancy Cedex

Le secrétariat de l’unité de recherche est situé
dans le 3ème hall, escalier C, 1er étage à gauche.


Effectifs

PR : 7
MCF : 8
BIATSS : 5
Doctorants : 6


Présentation

L’EA 3452 est une unité mono-équipe pluridisciplinaire (pharmacologie, biologie cellulaire, chimie, pharmacie galénique) dont l’activité de recherche est centrés autour des Sciences du Médicament sur une seule thématique « Molécules et nanoformulations innovantes donneurs de monoxyde d’azote à visée vasculaire »,  présentant des applications cliniques potentielles.

L’unité CITHEFOR travaille essentiellement sur la formulation des molécules d’intérêt thérapeutique fragiles en vue d’améliorer leur biodisponibilité par voie orale et systémique.

Leur axe de recherche actuel concerne les S-nitrosothiols ou thionitrites en tant que donneurs de monoxyde d’azote à visés cardio et cérébro-vasculaire.

Ils évaluent les molécules en phase préclinique au moyen de modèles de perméabilité intestinale et de pathologies vasculaire (ex vivo, in vivo).

CRM² - Laboratoire de Cristallographie, Résonance Magnétique et Modélisations

Laboratoire de Cristallographie, Résonance Magnétique et Modélisations

Unité mixte de recherche UMR CNRS UL 7036


Directeur : Dominik SCHANIEL
dominik.schaniel@univ-lorraine.fr


Lien plateforme :
http://fst.univ-lorraine.fr/recherche/unites-de-recherche/laboratoire-de-cristallographie-resonance-magnetique-et-modelisations


Coordonnées

Université de Lorraine
Faculté des Sciences et Technologies
Boulevard des Aiguillettes
Bâtiment Géologie entrée 3B 70239
54506 Vandoeuvre-lès-Nancy cedex


Présentation

Le CRM2 regroupe 30 enseignants-chercheurs et chercheurs CNRS, 13 techniciens et ingénieurs travaillent ensemble avec doctorants, des stagiaires post-doctoraux et des collègues invités pour développer et utiliser la cristallographie, la résonance magnétique et la chimie quantique dans des secteurs scientifiques variés allant de la cristallographie mathématique à la biocristallographie.

Les études incluent des matériaux 2D, les matériaux moléculaires, les complexes à transferts de charge, les composés moléculaires magnétiques, les structures composites et les matériaux piézo et ferro-électriques, le tout en utilisant les ressources du laboratoire ou des grands instruments.