Biogéochimie des Écosystèmes Forestiers

BEF

Unité mixte de recherche INRA
1138


Présentation

L’unité Biogéochimie des écosystèmes Forestiers est une UR INRA dont le but est de fournir des connaissances et des expertises dans le domaine de l’écologie quantitative et fonctionnelle appliquée aux écosystèmes forestiers.

Voir sur le site de l’INRA pour plus d’information.

Elle compte 9 ETP chercheur-e-s et ingénieurs de recherches et 8.6 ETP technicien-ne-s de recherches, assistant-e-s ingénieurs et ingénieurs d’étude. L’unité était notée A en 2008 puis A+, A+, A+ et A en 2012 sur les 4 critères de l’AERES. Depuis 2008, elle publie plus de 3.4 articles/chercheurs/an dans des revues de rang A avec 11% des articles dans des revues exceptionnelles et 72% dans des revues d’excellentes (référentiel INRA). Elle dispose d’un budget annuel moyen de 775ke, dont 14% issues de l’institut  (dotation et subventions). Notre contribution concerne le fonctionnement du sol et les cycles biogéochimiques en développant les partenariats nécessaires (au sein du département et à l’extérieur, hors INRA compris) pour conduire des recherches communes avec les champs disciplinaires reliés au notre (microbiologie, écophysiologie, physique du sol, dendrométrie, biométrie).

Les objectifs de l’unité sont :

  • Identifier, comprendre et quantifier les processus fondamentaux du fonctionnement biogéochimique des écosystèmes forestiers (prélèvement, restitution et immobilisation des éléments nutritifs, minéralisation de la matière organique, altération des minéraux du sol, dépôts atmosphériques, transfert de chimie des solutions du sol, etc…)
  • Déterminer les facteurs qui pilotent ces processus et évaluer leur importance dans les dysfonctionnements des écosystèmes forestiers
  • Simuler l’évolution conjointe du sol et des peuplements sous l’action des forestiers et des changements globaux
  • Proposer des solutions pratiques pour optimiser la gestion des écosystèmes forestiers dans un environnement changeant

Les connaissances et l’expertise de l’unité sont basées sur des études combinant différentes échelles spatiales (sol-plante) et temporelles (de la semaine à plusieurs décennies avec extrapolation sur l’évolution complète par l’approche chrono-séquentielle) pour comprendre le fonctionnement des écosystèmes forestiers.

Une des forces majeures de l’unité est son expérience unique dans l’établissement et la gestion de sites d’observation (mesures, utilisation des traceurs naturels) et d’expérimentation (manipulation d’écosystèmes, introduction de traceur externe organiques ou minéral) fortement instrumentés en zone tempérée ou tropicale. Ces sites sont suivis sur le long terme en mesurant les stocks et les flux. Ils ont été labellisés en 2010 puis en 2015 au sein du SOERE FORET par AllEnvi. Outre les sites ateliers, l’Unité utilise de nombreux dispositifs expérimentaux moins instrumentés mais avec plus de parcelles expérimentales (réseau amendement, douglas, 15N, MOS, …), également maintenus sur le long terme. Celle Unité dispose enfin d’un laboratoire propre d’analyse des sols, des solutions et des végétaux (dont l’ICP AES, ICP MS, GC-LC IRMS en commun avec la plateforme d’écologie fonctionnelle de l’UMR EEF-Nancy) et collabore avec les laboratoires spécialisés pour les observations plus spécifiques (MEB, MET, microcondes, NanoSIMS, STXM-NEXAFS). Forte de cette double compétence terrain-laboratoire, l’unité est en charge de la M-POETE (Plateforme d’Observation et d’Expérimentation sur les Ecosystèmes Terrestres) dans le cadre de l’infrastructure nationale ANAEE-F.

Les applications des recherches de l’unité concernent :

  • Les recommandations pour la gestion durable des écosystèmes forestiers, en identifiant les impacts des pratiques sylvicoles et en proposant des solutions basées sur le fonctionnement biogéochimique de ces systèmes
  • L’élaboration de modèles prévisionnels dans le domaine des interactions sol-plante permettant de simuler conjointement la croissance, les exportations en éléments minéraux, la quantité et qualité des eaux, l’évolution de la fertilité chimique des sols, ainsi que le carbone du sol en fonction des scénarios sylvicoles
  • A proposer des remèdes comme l’amendement pour contrecarrer les problèmes d’acidification des sols et des eaux de surface et ainsi améliorer le statut nutritif des peuplements, la fertilités du sol, la qualité des eaux superficielles et la biodiversité.

Directeur/trice

Directeur :

Laurent SAINT ANDRE (DR)
st-andre@nancy.inra.fr

 


Contact

Gestionnaire :

Isabelle MARTIN
isabelle.martin@nancy.inra.fr


Site web du labo :
https://www6.nancy.inra.fr/bef

Adresse

Institut National de la Recherche Agronomique
Centre INRA Nancy-Lorraine
Route d’Amance
54280 Champenoux